mardi 22 mai 2018

OLD SCHOOL DAY 2018


L'Agence Spatiale Européenne s'interroge encore 48 heures après les faits. Rien n'explique cette fumée visible depuis l'espace au sud de la montagne Ste Victoire. 
Pas étonnant. L'activité des barbeuks autour de multiples engins à deux, trois ou quatre roues présents ce dimanche 20 mai à Châteauneuf le Rouge ne devait rien à la technologie de pointe. Ici, pas de sondes lambda, d'ABS, de modes cartographiques, de norme Euro 4, d'injection. Rien que de la grosse ferraille, chromée, oxydée, flammée, restaurée, dans son jus qui fonctionne au gré de son humeur et de la volonté de son propriétaire. Pour rentrer sa bécane ou sa bagnole sur l'expo, prière de présenter un carbu en règle.
Dans des espaces dédiés, on pouvait alors admirer pas mal de Twins de Milwaukee, mais pas que, dont quelques Knuckle de derrière les fagots et une belle brochette de Shovel. Les voitures se taillaient la part du lion. Un beau petit lot de VW, par ici, une foultitude de V8, oscillant entre rods rageurs et péniches placides, quelques belles européennes et un village d'exposants très orienté "vintage". Etonnant. 
Pour accompagner le tout, un espace restauration bien foutu et une scène où se sont relayés Acoustik Ladyland et The Grasslers dont on a pu apprécier un excellent set de reprises de standards du rock à la sauce Blue Grass très excellement bon. 
Ce qui est certain, c'est que le public, très nombreux, familles ou habitués de ce genre d’événements en a eu pour son argent.  Ce qui est bien le moins qu'on puisse attendre d'une manifestation gratuite. 


OLD SCHOOL DAY 2018

mercredi 16 mai 2018

FAUSSE VIEILLE, VRAI SPORTSTER

2017 marquait les 60 ans du Sports'. Efraon Tiana de UFO GARAGE  en a profité pour relier le passé au présent avec une réplique moderne du Sporty original. C'est sur la base d'un 1200 XL de 2016 qu'il a créé cette machine. 
Pour coller au plus près de l'histoire, un réservoir d'époque a remplacé le moderne et les roues à rayon, bien entendu, sont en 19" à l'avant, et en 18" à l'arrière. Guidon maison, fidèle au modèle original, selle, nacelle de phare ainsi que le filtre à air et le garde boue avant contribuent à rapprocher la copie de du modèle. La ligne d'échappement quant à elle est une création de UFO. Un point me paraît quand même étrange, la présence de cet amortisseur de direction dont l'utilité m'échappe...
Du pur Néo rétro sur mesure.




dimanche 13 mai 2018

TRAVAIL ETINCELANT





Gleaming Works, comme pas mal de bouclards japonais, propose une gamme étendue de pièces à même d'obtenir une machine différente et pas pareille, sans verser dans la customisation hardcore. C'est le cas avec ce 883 N. Si on l'identifie sans peine, on remarque aussi sans difficultés tout ce qui le sépare du modèle sorti de concession. Garde Boue, guidon, selle, ligne d'échappement, plus quelques autres détails qui contribuent à en faire une autre moto. De quoi rouler avec un Sportster qu'on s'approprie tout en conservant ses aptitudes routières, ce qui n'est pas forcément le cas des préparations les plus poussées.
Dans le lot, le 2/1 est vraiment très sympa, tout comme la selle qui allie finesse et ergonomie. Je suis un peu moins fan du GB avant. Les supports gâchent sa finesse.
Et maintenant un petit jeu. les plus attentifs auront remarqué sur la première photo le cache latéral gauche à clé. Qu'on remarque encore mieux sur le dernier cliché. Surprise, il renferme une boîtier "ETC". Malgré quelques recherches et l'aide du traducteur Gogol, ou à cause, impossible de connaître la fonction de la chose. Si par extraordinaire l'un d'entre vous a des infos, qu'il n'hésite pas à nous faire profiter de ses lumières. Oui, je sais, le 2T c'est mal.

mardi 24 avril 2018

TILL THE SALT


Le Printemps est revenu et ZED n'est toujours plus là. Heureusement, son esprit est resté, porté par Coco et ses enfants. Il avait construit le Saltster histoire d'aller faire un tour à Bonneville et filer (presque) cheveux aux vents sur la Route du Sel. La faucheuse lui a volé ce moment.
Alors il reste cette machine, à l'image de son concepteur, élégante, porteuse d'histoire, et la volonté de ceux qui restent. Coco, Enzo et Giulia ont créé l'association "Till The Salt" pour que le rêve de ZED devienne réalité. Le Saltster sera à Bonneville en 2018. Pour tout savoir sur le projet et y participer, rendez-vous sur la page Facebook dédiée.
C'est à Alès  l'occasion de la fête de la BD que j'ai pu parler un peu avec Coco. Elle m'a aussi appris que les 150 meilleurs Zeditos allaient être Zedités sous forme de recueil. Ceux qui ont aimé les mots de ZED ne manqueront cet ouvrage sous aucun prétexte. Pour ceux qui ne les connaissent pas, c'est l'occasion de découvrir le talent d'écriture d'un gars qui savait parler de la moto et de la vie avec une verve unique. 
Pour se le procurer, le bulletin de commande se trouve sur la page Facebook de l'asso ou dans le dernier numéro de Freeway.

mercredi 11 avril 2018

FORTY EIGHT, ARE YOU SURE?




 


Ce n'est pas une première chez Rough Crafts. En 2012 déjà la Bomb Runner permettait aux Taïwanais de magnifier le Sportster 48. Avec la Ragging Dagger on va bien au delà. Qui reconnaît le best seller de la MoCo dans ce "Poignard Enragé" qui porte bien son nom?
Visuellement, techniquement c'est une toute autre moto à des années lumières du modèle stock. Un peu comme dans ces émissions de relooking où on se demande au final si la personne à la fin de l'émission est bien celle du début. Une fois de plus cette préparation de Winston Yeh atteint les sommets de la customisation. Les desiderata du proprio sont simples: il aime l'allure et la sensation du V-Twin Harley, mais il veut quelque chose "over the top". Il va être servi.
Les choix esthétiques combinés à ceux des accessoires et des solutions techniques donnent un résultat visuellement extraordinaire.
L'ensemble coque/réservoir en fibre de carbone donne à ce poignard un furieux air de bombardier B2 "Stealth", puis le regard glisse vers ce superbe bras oscillant qui tout en assurant le guidage de la roue arrière joue également le rôle de réservoir d'huile! Si on ajoute à cela le déplacement de la batterie (lithium ion) dans la coque, la partie arrière entre roue et moteur ainsi ajourée contribue à l'équilibre visuel et la légèreté de la machine. Au passage, à part les sabres, rien n'a été coupé ni soudé et le bras est ancré sur le support stock.
Équilibre auquel contribue installation de l'amortisseur Ohlins sous le moteur, solution adoptée en son temps par Voxan. Ce qui nous amène à la partie avant où une fourche Ohlins également, issue d'une Yamaha R1, avec une angle de chasse de 24°, valeur de sportive à comparer avec les 30° d'un Forty-Eight confirme bien les intentions de Winston.
Il sait parfaitement les solutions pour optimiser les performances de n'importe quel engin roulant. Le poids, on est en mode Weight Watchers avec un gain de 40 kg sur la balance. Les roues BST en carbone n'y sont pas pour rien, d'autant plus que le gain de poids sur la masse non suspendue joue un rôle essentiel dans le comportement dynamique. Sans parler, si quand même, de la sculpturale ligne d’échappement en titane. La qualité des liaisons au sol, je n'y reviens pas. Le freinage, confié à Beringer parachève l’œuvre. 
En parlant de freinage, le support d'étrier arrière, radial, vaut qu'on s'y arrête. A-t-on déjà vu une pièce qui intègre le tendeur de chaîne et le support d'étrier? Ceci est le résultat d'une bévue de Winston. Même les meilleurs se gourent. Une fois le bras complètement terminé, il constate qu'il a oublié le support en question. Impossible de percer ou souder la pièce sans ruiner tout le boulot... Perso, j'aurais au minimum balancé une clé de 1" à travers l'atelier. Pas Winston. Il retourne sur sa planche à dessin et conçoit cette pièce qui contribue à renforcer le côté techno de la bestiole. Comme quoi, il n'y a pas que la tarte Tatin que l'on doit à une bévue.
Ce qui est rare est cher, il faut en convenir et en dehors du cahier des charges somme toute minimal mais bien rempli, on ne doute pas un instant que le chèque final le fut tout autant. Le prix de l'excellence d'un jouet d'exception, issu d'un préparateur du même métal et qui nous permet de rêver un peu.

lundi 9 avril 2018

TERRES DE SCRAMBLER




Le Scrambler, moto hybride présentant quelques aptitudes à abandonner le goudron pour s'aventurer sur les chemins est de retour après une longue hibernation...  Apparu dans les années 60, il permettait de s'affranchir des contraintes de la route pour profiter de toute la liberté offerte par la moto. Une bécane de route, un grand guidon, des pots relevés, des pneus crantés, à nous la Terre! 
On a vu ainsi fleurir d'improbables engins, tels des Norton Commando prêts à en découdre avec la poussière. Les Japonais n'ont pas regardé passer le train. Honda entre autres a mis dans son catalogue quelques modèles du genre, particulièrement le 450 double act préparé sauce poussière. 
Même si c'est une 350, personne ne restera insensible aux possibilités de l'engin, comme l'atteste ce document tiré du film Vanishing Point (Point Limite Zéro) de Richard Sarafian, en 1971. (Inutile de m'abreuver de remarques concernant le non port des gants obligatoires.)

Les Japonais qui ne font pas rien qu'à copier, vont pousser l'affaire plus loin en inventant le Trail et pousser par là même le Scrambler hors des chemins et des routes.
Il va repointer le bout de la tétine en ce début de XXIème siècle, sous l’impulsion du 60's revival. D'abord le fait de préparateurs branchés, des constructeurs ont senti le bon filon du marché de niche et Triumph, Ducati, BMW entre autres proposent du clé en main à leur clientèle.
Chez Harley, rien d'officiel. Des propositions customs existent bien entendu, mais comme souvent on a affaire des machines que l'on verra plus dans les pages des magazines ou les podiums des Bikes Show. Mais...
Ce dont-il question ici, enfin, j'y arrive, est fidèle mécaniquement à l'esprit originel: une machine de route, (Iron 883) un grand guidon, un échappement relevé avec un stage 1,des pneus crantés, des ressorts de fourche plus durs et c'est parti! Au guidon de ces machines, Road Trip Factory  propose des voyages clés en main au Maroc. En groupes de 10 motos maximum  vous découvrez de magnifiques sites en mode balade sur des parcours mixtes goudron/piste qui ne nécessitent pas d'expérience spécifique du tout terrain. De Marrakech à Marrakech, sept de jours de moto qui vous mènent au cœur de l'Atlas pour un trip inoubliable.
Une expérience tentante au guidon d'une machine originale, ça n'a pas de prix même si cela a un coût. A vos marques, prêts, Scramblez!

mardi 3 avril 2018

SUR LA PISTE DU MATIN CALME.





Par ici, et même par là, le pays du matin calme est plus connu par ses géants de l'électronique que ses customs bikes. Je m'en vais donc combler cette lacune. En espérant prochainement vous entretenir d'autres 883 se délectant de la poussière des pistes marocaines. (RàV; message personnel) A Busan, Corée du Sud donc, Crazy Garage est plutôt tourné vers des machines faites pour le circuit ou les routes qui tournent. Les deux n'étant pas incompatibles. Bref, quelle que soit la base, ça donne envie de visser la poignée de gaz. 
Ce 883 de 2000 n'échappe pas à la règle. A l'origine son proprio voulait un Street Tracker qui a rapidement évolué quand celui-ci décida de s'aligner dans une compétition amateur sur circuit. Très influencé par les XR américains, l'engin a notamment évolué côté suspensions afin d'affronter la piste dans les meilleures conditions. Niveau moteur, un arbre à cames "performance", un carbu Keihin FCR et un module d'allumage Dyna procurent de quoi vitaminer le bloc qui conserve sa cylindrée d'origine.
Pour le reste, l'échappement, les commandes reculées et le dosseret sont des pièces maison. Tout ceci à permis à son pilote de bien s'amuser et c'est là l'essentiel.